La Chapelle Saint-Frambourg

La Chapelle royale Saint-Frambourg est aujourd’hui un site d’exception tant par sa richesse historique que par le prestige de ses vitraux

Située au cœur de la ville de Senlis dans l’Oise, la Chapelle royale Saint-Frambourg réunit deux monuments d’exception : la Chapelle royale du Xème siècle érigée par la reine Adélaïde épouse de Hugues Capet, premier roi de la dynastie des Capétiens, et la reconstruction sur ce même édifice d’une chapelle du XIIème siècle par le roi Louis VII le Jeune.

Sauvée en 1973 par le pianiste Georges Cziffra qui cherchait un lieu pour aider les jeunes artistes de talent à se faire connaître, la Chapelle royale Saint-Frambourg classée Monument Historique est propriété de la Fondation Cziffra.

La Chapelle

Lieu fondateur des rois capétiens : Hugues Capet a été acclamé roi des Francs dans la crypte de l’ancienne Chapelle
Un joyau de l’art gothique : la Chapelle actuelle a été construite sous Louis VII une dizaine d’année après Notre-Dame de Paris par les mêmes architectes
9 vitraux signés Joan Miró, spécialement réalisés par le maître verrier Charles Marcq de Reims
Elle est aujourd’hui l’auditorium « Franz Liszt » qui accueille des concerts, des visites et des événements avec un public de 450 personnes

La Fondation Cziffra reconnue d’utilité publique depuis 1975 tisse les liens architecturaux. Elle dédie ce lieu à la musique et aux grands interprètes de demain complétant ainsi cet ensemble prestigieux.

Elle est l’endroit universel de l’expression de la beauté, de l’art, de la peinture et de la sculpture.

La Fondation poursuit une politique active et dynamique au coeur de ce site royal. La Chapelle est rythmée par une programmation annuelle de : Concerts, expositions artistiques, festivals, évènements privés, évènements professionnels, visites guidées.

Les vitraux de Miro

Georges Cziffra nous fait traverser les âges ou plutôt les siècles… et c’est ainsi que son ami Joan Miro a doté la chapelle de lumières éclatantes…

Ces oeuvres sont avec celles de Saint-Paul-de-Vence les seuls vitraux conçus par le célèbre peintre. Ces pièces uniques de la Chapelle ont été réalisées par le maître verrier Charles Marcq de Reims.

Vous admirerez la lumière naturelle traversant trois des cinq vitraux aux fenêtres du choeur… A l’opposé du choeur (façade ouest) trois autres vitraux de Miro s’inscrivent dans un vaste cercle qui délimite une rose… de trop grande dimension pour un tel édifice et qu’il a fallu obturer peu de temps après la fin du chantier au XIIIème siècle sous peine de voir s’effondrer le mur occidental. Le neuvième vitrail de Joan Miro se trouve dans l’oculus.

Toujours sur la façade ouest, il existe les traces d’une tribune. Les arrachements montrent qu’elle était voûtée et qu’elle couvrait une demi travée ; elle reposait sur deux piliers, dont les fondations existent toujours : ces piliers prenaient appui sur les substructions de ce qui était peut-être au XIème siècle le clocher porche.